Clamart Citoyenne - Municipales 2014

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Réponses aux courriers

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, mars 20 2014

Réponse au courrier de la Fédération Nationale des Associations d’accueil et de Réinsertion Sociale (FNARS)

Mesdames, Monsieur,
J'ai bien reçu votre courrier concernant la domiciliation des personnes précarisées.
Ancienne chargée de mission auprès de Francine Bavay lorsqu'elle était vice-présidente au Conseil régional d'Ile-de-France en charge notamment de l'action sociale et de l'économie sociale et solidaire, puis adjointe au développement économique à Clamart depuis 2008, je suis très préoccupée par la précarisation croissante d'une partie toujours plus importante de la population.
J'ai ainsi tenté, depuis toutes ces années, de porter une attention toute particulière à cette question, et d'agir pour trouver les solutions les plus concrètes.
Convaincue qu'il faut en tout premier lieu tout faire localement pour enrayer les effets dramatiques des politiques nationales d'austérité, j'ai soutenu toutes les initiatives qui me semblaient de nature à sécuriser les emplois ou les recréer.  J'ai ainsi créé, dès 2008, une politique publique inter-communautaire de soutien au développement de l'économie sociale et solidaire et de l'insertion (désormais dotée de 30.000 euros), et convaincu mes collègues élus de mettre en place une politique de clauses d'insertion sociale dans les marchés de travaux passés à Sud de Seine.
Les partenariats avec les entreprises d'insertion et les associations chargées de formation, d'alphabétisation et d'accompagnement social ont également été développés.
Concernant la question du logement, j'ai contribué au projet d'implantation de la résidence Habitat et Humanisme qui a ouvert ses portes dans le centre ville de Clamart et invité les habitant-e-s du quartier centre dont je fais partie à s'impliquer dans ce projet.
Mais tout ceci peut sembler bien insuffisant, et je partage ce constat. 
Le logement est l'un des enjeux les plus forts, notamment en Île-de-France.
Dans ce mandat, à Clamart, il a été l'objet de bien des attentions. L'équipe municipale en construit beaucoup de logements, dans un esprit de mixité sociale et de respect des normes environnementales. Ces critères n'ont pas toujours été respectés, et vous n'êtes pas sans savoir que l'attribution des logements dans notre ville a donné lieu à la mise en examen de notre maire actuel.
Tête de liste de Clamart Citoyenne, mon engagement ne se résume pas seulement à poursuivre les politiques économiques et de construction de logements déjà engagées mais à en vérifier l'utilité et les critères d'attribution pour qu'ils respectent les valeurs de justice sociale et de transparence qui sont les miennes et celles de mes co-lisiters.
Nous avons ainsi précisé dans notre programme, que vous trouverez sur notre site de campagne http://blog.clamart-citoyenne.fr/post/2014/03/02/Demandez-le-Programme, un ensemble de mesures en ce sens, dont :
  • Lutter contre le clientélisme en empêchant qu'un tiers ou une association obtienne des faveurs indues (places en crèche, travail, logement...).
  • Poursuivre la création de structures réservées à l’accueil de jour pour les personnes en danger d’exclusion sociale.
  • Soutenir les projets de rénovation des logements ou copropriétés identifiés comme insalubres en partenariat avec des opérateurs publics œuvrant dans le domaine de l’amélioration de l’habitat.
  • Soutenir les projets innovants de logements privés à moindre coût (habitat coopératif, habitat groupé, etc.)
  • Promouvoir et soutenir les créations d'activités sur des secteurs innovants (éco-activités, ressourcerie-recyclerie…) ou visant un double objectif d’efficacité économique et de justice sociale (subventions, appels à projets ciblés selon les besoins des populations…).
  • Amplifier l’action en faveur de l’économie sociale et solidaire en dédiant 10 % du budget économique au repérage et au soutien de ces activités respectueuses de l’environnement et créatrices de lien social et intergénérationnel.
  • Développer des projets d’économie non monétaire (systèmes d’échanges locaux, troc, zones de gratuité…).
  • Améliorer les parcours de formation et les dispositifs facilitant l'accès et l'adaptation à l'emploi.
Dans l'espoir que nous pourrons continuer, ensemble, à développer toutes les mesures permettant de lutter contre la précarité et les inégalités sociales,

Vanessa JEROME
Tête de liste Clamart Citoyenne
Une liste alternative, écologiste et citoyenne pour changer à gauche à Clamart en 2014.
Tél: 06 12 70 76 64

mercredi, mars 19 2014

Réponse au courrier du groupe Attac 92 de Clamart concernant le Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement

Réponse suite au courrier du 11 mars 2014(ATTAC_clamart_accords_transatlantiques.pdf)

Clamart, le 19 mars 2014
contact@clamart-citoyenne.fr


    Association ATTAC 92 Clamart

Mesdames, Messieurs,

Nous avons bien reçu votre courrier du 11 mars et vous remercions de cette interpellation relative aux négociations en cours sur projet d’accord commercial bilatéral entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, le Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement (PTCI).

La liste Clamart Citoyenne s'est constituée entre plusieurs organisations politiques et également avec des citoyennes et des citoyens non liées à un parti politique. Les valeurs qui nous rassemblent, démocratie, justice sociale, solidarité, transition écologique, sont tout à fait proches de celles que votre association défend depuis de nombreuses années.

Comme vous, nous dénonçons la main-mise croissante et délirante de la finance sur des pans entiers de l’économie, qui passe par la spoliation des biens publics au profit de quelques prédateurs. Avec pour conséquence la mise en œuvre à marche forcée de politiques d’austérité présentées comme seule alternative mais dont le principal résultat est de dégrader la protection sociale des citoyen-ne-s, d’accroître de manière alarmante les inégalités et la précarité au sein de la population.

Au niveau local, nous en recensons sans cesse les multiples effets. Deux exemples récents parmi d’autres :
  • Alors qu’il y a avait déjà 300 familles de la ville inscrites aux Resto du Cœur en 2013, les prévisions montent à 400 pour 2014, soit une augmentation de plus de 30 % !
  • Mi-février (et nous étions à leurs côtés), les élèves du Lycée Jacques Monod de Clamart se sont mobilisés plusieurs jours durant pour dénoncer la réduction drastique de la Dotation Horaire annoncée pour la rentrée 2014-2015 (perte d’une cinquantaine d’heures, alors même que le lycée accueillera une treizième Seconde), après déjà plusieurs années de réductions récurrentes. Cette réduction a pour conséquence une perte d’enseignants sur l’établissement, la suppression brutale de nombreuses options et la remise en question des horaires aménagés en demi-groupes.

Les faits sont là et les politiques néo-libérales menées depuis 30 ans dans notre pays ont des implications directes sur la vie de nos concitoyen-ne-s. Comme vous, nous en sommes cruellement conscients.

Aussi nous partageons votre analyse sur la nocivité des négociations en cours au sujet de cet accord commercial bilatéral entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, représentée par la Commission Européenne. Institution dont il convient de rappeler sans cesse qu’elle est composée de membres qui ne sont pas élus mais directement nommés par les chefs d’Etat, alors même que leurs actions mènent les destinées de chaque citoyen-ne européen-ne, dans un contexte permanent de lobbying de la part des multinationales.

Au-delà du déni de démocratie que constitue la façon actuelle de mener ces négociations, les journalistes et citoyen-ne-s étant mis sciemment à l’écart des discussions, nous dénonçons avec vous qu’il émanerait de cet accord, s’il aboutissait, un des plus haut niveaux de libéralisation. A ce titre, il constituerait une attaque sans précédent vis-à-vis des populations, visant à brader des pans entiers les domaines d’intérêt général au nom du libre-échange débridé.


C’est pourquoi, si nous sommes élus et majoritaires au Conseil Municipal, nous nous engageons à déclarer symboliquement Clamart « Ville Hors PTCI », comme elle avait été déclarée « Hors AGCS » (Accord Général sur le Commerce des services) en 1994. Si nous ne sommes pas majoritaires au Conseil Municipal, vous pouvez néanmoins compter que nos élu-e-s mettront tout en œuvre pour inciter à ce qu’elle le soit tout autant.

Par ailleurs, les organisations politiques et associations citoyennes qui sont partie prenante de notre liste s’engagent au niveau local :
  • à dénoncer publiquement les négociations en cours relatives au PTCI et leurs visées de soumission des sociétés aux intérêts marchands des multinationales ;
  • à participer aux actions collectives visant à informer la population des négociations en cours et de leurs conséquences désastreuses ; il y a en effet urgence à ce qu’une grande mobilisation populaire se mette en place face à ce projet d’accord ;
  • à réclamer l’ouverture d’un débat national sur ce projet, impliquant les collectivités territoriales, les organisations syndicales, socio-professionnelles, associatives, citoyennes, et la population ;
  • à réclamer publiquement l’arrêt des négociations sur le PTCI tant que la représentation nationale et territoriale n’en aura pas approuvé le bien-fondé pour les populations.


Au-delà du rejet de cet accord, qui constituerait bien sûr une première et importante étape, il nous semble également nécessaire d’ouvrir la voie à un grand débat public sur la nécessaire et urgente réorientation de la construction et des institutions européennes au service des peuples et non de la finance.

Avec nos salutations républicaines,

Vanessa JEROME
Tête de liste

Association Valentin Haüy, au service des aveugles et des malvoyants

L'Association Valentin Haüy nous a écrit (courrier).

Nous avons répondu en détail (réponse).

mardi, mars 18 2014

Échanges avec les associations de parents d'élèves

Nous avons reçu un questionnaire de la FCPE. Vous trouverez notre réponse ici.
Nous profitons de cette occasion pour remercier les trois associations de parents d'élèves représentées à Clamart (FCPE, PEEP et AAPE), qui ont répondu positivement à notre invitation, et que nous avons reçues.
Nous avons eu ensemble, avec leurs président-e-s, un très long moment d'échange et d'écoute, constructif et transparent.
Nous n'avons qu'un souhait à formuler : que cette rencontre préfigure la co-construction des prochaines politiques clamartoises !

lundi, mars 17 2014

Association ECVF (Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes)

Nous avons reçu ce courrier de l'association ECVF.

Vous trouverez notre réponse ci-dessous. En cherchant dans les programmes de nos concurrents, nous n’avons trouvé qu’un vague « Poursuite des actions contre les violences faites aux femmes » dans la liste PS-PC-MoDem, quand le candidat de l’UMP élude tout simplement le problème…



Chère Madame,

Nous vous remercions de nous avoir sollicités, au nom de l'association ECVF.

Vanessa Jérome, notre tête de liste, connait bien cette association, pour avoir participé à sa création lorsqu'elle était chargée de mission auprès de Francine Bavay au Conseil régional d'Ile-de-France. Vincent Gazeilles, conseiller général, quatrième de notre liste, est également adhérent de votre association.

Élu-e-s dans cette mandature 2008-2014, ils ont déjà œuvré dans le sens de la prise en compte des violences faites aux femmes.
Vincent Gazeilles, en tant que membre du CCAS, a en effet largement participé à la mise en place de mesures qui tendent à leur prévention et leur élimination, en soutenant notamment la multiplication des logements passerelles, et en initiant un programme d'accompagnement des hommes violents.
Quant à Vanessa Jérome, elle a initié, à l'intercommunalité Sud de Seine, une réflexion transversale sur la prise en compte des discriminations et des violences, faites notamment aux femmes, afin d'inscrire cette préoccupation dans l'ensemble des politiques publiques intercommunautaires.
Ils n'ont malheureusement pas réussi à convaincre le maire sortant d'adhérer à votre association (dernière demande faite et refusée en 2010) ni de prendre des mesures structurantes sur cette thématique, ce dernier se  contentant d'accepter de signer la Charte européenne pour l'égalité. Un groupe de travail municipal a bien été mis en place à la suite de cette signature, dans lequel notre groupe d'élu-e-s EELV était représenté par Marie-Catherine Poirier, troisième de notre liste. Il n'a malheureusement à ce jour conduit qu'à trop peu d'actions en la matière.

Dans le cadre de notre programme municipal pour 2014-2020, nous avons, pour notre part, clairement inscrit notre ambition en matière de lutte contre les violences faites aux femmes.
Nous avons ainsi spécifié que nous nous engageons à "Lutter contre les violences faites aux femmes, par la prévention, la sensibilisation de la population et la formation des personnels d’accueil", à "Accompagner les victimes mais aussi les auteurs de violence via un suivi psychologique" et à "Poursuivre l’indispensable mise à disposition de logements temporaires d’urgence protégeant les victimes".
Rassemblant des hommes et des femmes clairement engagé-e-s pour la reconnaissance de l'égalité des droits et le traitement de toutes formes de violences ou de discriminations, notre liste fera tout ce qu'elle pourra, au sein de la future municipalité, pour combattre les violences faite aux femmes. Votre expérience nous sera d’ailleurs, comme toujours, très précieuse.
Dans un contexte marqué par des attaques contre l'égalité hommes-femmes de la part de l'UMP, dont les dirigeants diffusent des mensonges sur les actions sur ce sujet en milieu scolaire, et dont certains encouragent le boycott de l'école, en utilisant les convictions religieuses de diverses populations, nous devrons unir toutes les forces pouvant contrer cette offensive.

Dans l'attente de pouvoir nous ré engager dans cette cause commune, 

Veuillez accepter, au nom de Clamart citoyenne, nos salutations militantes, féministes et solidaires.

Pierre Carrive, deuxième de liste, pour l’équipe Clamart Citoyenne

dimanche, mars 16 2014

Réponse au courriel de l'Association des Riverains de la Gare de Clamart (ARGC)

Clamart, Dimanche 16 mars 2014
Mesdames Messieurs

Nous avons bien reçu votre courrier concernant les nuisances potentielles liées à la réalisation et au fonctionnement de la nouvelle gare de Clamart du fait de l'arrivée de la ligne 15 du métro du grand Paris.
A ce sujet, nous partageons la réponse envoyée à votre intention par Vincent Gazeilles le 27 oct 2013, celui-ci figurant sur notre liste (voir ci dessous). De plus, Pierre Carrive, également membre de notre liste, était présent à votre réunion du 18 décembre dernier à Malakoff et a bien entendu vos inquiétudes.

Concernant les points 1,2,3,4,5,7 évoqués, nous vous confirmons notre soutien en insistant sur une limitation possible de la vitesse commerciale des rames, celle-ci ayant directement un impact sur l'importance des vibrations.
La hauteur de la gare (point 3) doit prendre en compte l'abaissement des vibrations ainsi qu'un bilan énergétique comparatif entre plusieurs solutions altimétriques (consommation énergétique pour le métro, escaliers mécaniques et ouvrages supplémentaires etc..).

Concernant le choix du bloc électrique, nous ne pouvons nous prononcer sur ce point précis, n'étant pas en mesure d'analyser rapidement la situation et les alternatives possibles.

Dans l'espoir de pouvoir vous accompagner dans votre démarche de minimisation des nuisances liées à cette nouvelle ligne, recevez l'expression de nos salutations les meilleures.

Vanessa JEROME
Tête de liste Clamart Citoyenne
Une liste alternative, écologiste et citoyenne pour changer à gauche à Clamart en 2014.
Tél: 06 12 70 76 64


--------------

Sun, 27 Oct 2013 10:47:35 +0100

Madame et Monsieur,

j'ai bien pris connaissance de votre courrier.

Je dois, tout d'abord et en quelques mots, vous donner ma position de principe sur ce dossier. S'il m’apparaît souhaitable de mailler davantage notre territoire en transports en commun plus ou moins lourds pour des raisons de lutte contre la pollution locale, l’excès de circulation routière en ville, la lutte contre l'effet de serre et la décongestion du réseau de transports en commun actuel, le choix opéré pour le réseau Grand Paris Express me semble largement déraisonnable en terme de coûts, de déploiement géographique, de vitesse de circulation des rames, d'oubli du transport de marchandises via ce nouveau vecteur. La ville de banlieue de demain aspire à accueillir des transports en commun de surface au dépends de la voiture individuelle.

Pour ce projet, aucune étude précise des besoins par segment n'est venue appuyer le choix technique de GPE, accouplement très imparfait et très politique entre le réseau du grand Paris lancé par Nicolas Sarkozy et Arc Express porté par la région.

Concernant vos craintes et vos contre-propositions :

S’agissant du danger d’affaissement et d’effondrement des terrains concernés, bien que n'étant pas spécialiste du domaine, ma perception est que les expériences de tunneliers rencontrant des poches à combler ne sont pas rares même si ce ne sont pas d'anciennes carrières. Elles induisent par contre des travaux d'injection et de comblement souvent bien plus longues et bien plus onéreuses que prévus. C'est d'ailleurs sans doute davantage la raison de leur évitement que le risque d'effondrement, risque non nul néanmoins.

Concernant le tracé alternatif moins impactant pour les riverains que vous proposez, il me semble pertinent et il convient de l'étudier sérieusement.
Pour ma part, je considère que le refus d'une réduction de rayon de courbure pour cause de vitesse d'exploitation n'est pas un argument recevable.
En revanche, il me semble souhaitable d'assurer une correspondance aisée et la plus courte avec la ligne SNCF.
Enfin, le puits du SIAAP n'est hélas pas un "tabouret". Les coûts relatifs à un dépassement d'un réseau de ce genre rendent cette option innenvisageable.

Concernant les nuisances pendant l’exploitation, je rejoins votre analyse concernant la vitesse de circulation des rames. Celle ci doit être réduite autant que de besoin tout comme doit être assurée la parfaite qualité de la pose des rails. Une vitesse plus "raisonnable" a d'ailleurs d'autres vertus : moindre consommation énergétique, moindre usure et moindre coût d'entretien.

Pendant les travaux, j'ai également plaidé pour que le quartier ne subisse pas de nuisances liées aux évacuations de terre par camion. La plate forme d'évacuation par train de marchandises existe, utilisons la pour toutes les évacuations.
Je souhaite d'ailleurs qu'elle soit conservée après les travaux pour des approvisionnements et évacuations de marchandises par rail, solution durable de réduction de la pollution urbaine liée aux camions. De façon complémentaire, j'attire votre attention sur les 550 places de stationnement que le Maire de Clamart entend installer sous le terrain une fois les travaux de GPE achevés. Nul doute que s'il n'est pas contesté, cet aspirateur à voitures sera une cause de nuisances durables pour les riverains.

Soucieux de prendre en compte l'avis des habitants du quartier et de trouver les adaptations les plus judicieuses pour que ce projet ne soit pas une source de nuisances pour quiconque durant les travaux et après, je m'engage à relayer rapidement vos remarques auprès de la société du grand Paris.

Restant à votre disposition pour tout complément de réponse, recevez, Madame, Monsieur, mes salutations les meilleures.

Vincent Gazeilles


Vincent Gazeilles
Conseiller général des Hauts-de-Seine
Conseiller municipal de Clamart
contact@gazeilles.net
01 40 95 14 31
http://www.gazeilles.net

vendredi, mars 14 2014

Collectif droit de vote 2014

Voici notre réponse au courrier reçu (tout en bas de ce billet) par le Collectif droit de vote 2014 :

 

Bonjour,

Nous vous remercions de solliciter les candidats sur ce sujet.

Toutes les organisations présentes dans la liste Clamart Citoyenne luttent depuis fort longtemps pour que les étrangers aient ce droit de vote !
Alors oui, nous y sommes absolument favorables.
Et regrettons amèrement le recul du gouvernement "socialiste" sur ce point.

Bon courage pour ce combat.

Vanessa Jérome, tête de liste de Clamart Citoyenne

 

Mesdames et Messieurs les candidats têtes de listes,

Le collectif droit de vote 2014, a été crée il ya plus d’un an afin de mener une campagne forte pour le droit de vote et éligibilité des étrangers aux élections municipales.
Comme vous le savez certainement cette réforme ne peut voir le jour que par un vote favorable des 3/5 des parlementaires : députés et sénateurs réunis en congres pour une révision constitutionnelle.

Vous êtes candidats tête de liste pour les élections municipales 2014 de votre commune, vous serez amené au cours de votre prochain mandat ainsi que vos colistiers à voter aux élections sénatoriales.
Dans le cadre de la campagne « Droit de vote 2014 », nous souhaiterions connaitre votre position en répondant par  OUI ou par NON  à la question suivante:  

« Aux prochaines élections municipales des étrangers voteront et seront éligibles, il s’agit des étrangers communautaires (de la communauté européenne).
Êtes vous favorables (dans les mêmes conditions que les étrangers communautaires c'est-à-dire, ne peuvent être maire, ne peuvent être grand électeur, et ne peuvent participer à la désignation des grands électeurs) au droit de vote et d’éligibilité des étrangers extracommunautaires aux élections municipales ? »

Vous avez la possibilité d’ajouter 2 ou 3 lignes de commentaire, si vous le souhaitez.

Merci de retourner votre réponse à fede92@ldh-france.org ou contact.92@droitdevote2014.org avant le lundi 17 mars 2014 au soir.

Les réponses seront publiées sur le site  www.droitdevote2014.org à la veille du premier tour et  communiquées aux médias.
L’absence de réponse sera aussi  communiquée.

Nous vous remercions par avance pour la participation à cette consultation qui s’adresse à tous les candidats têtes de liste du département des Hauts de Seine.

Le collectif droit de vote 2014 des Hauts de Seine.

jeudi, mars 13 2014

Echange avec la Ligue des Droits de l'Homme

La LDH a adressé un courrier aux candidats à l'élection municipale (ici). Voici notre réponse :

Monsieur le Président,

Nous avons bien reçu votre courrier du 1er mars relatif à plusieurs volets de notre projet municipal. Tout d'abord, nous vous informons que la liste Clamart Citoyenne s'est constituée entre plusieurs organisations politiques et également avec des citoyennes et des citoyens non liées à un parti politique sur la base du constat d'une demande croissante d'honnêteté et de transparence de la part de la population. A ce titre, les valeurs républicaines sont mises au premier plan par notre liste. Ainsi les valeurs prioritaires que vous mettez en avant et sur lesquelles vous nous questionnez, la démocratie - la liberté d'aller et venir - le droit à la sécurité - le droit à l'éducation, ont été analysées lors de la constitution de notre programme.

Plus précisément :

1/ Communauté d'agglomération et Paris Métropole

Ce sujet est en totale mutation. Il est en effet prévu que les communautés d'agglomération des départements de la petite couronne de Paris disparaîtront dans deux ans. C'est pourtant la première fois que les représentants communautaires sont élus au suffrage universel. Cette élection directe n'est donc hélas pas porteuse de démocratie de long terme puisque les Clamartoises et les Clamartois (comme tous les autres habitants concernés de la région parisienne) éliront directement des personnes dont le futur mandat reste très largement inconnu.

Par ailleurs, la métropole du Grand Paris doit se mettre en route le 1er janvier 2016. Ici encore, de très nombreuses incertitudes demeurent concernant la gestion de ses compétences, puisqu'elle pourra en déléguer certaines à ses "conseils de territoire", remplaçant les communautés d'agglomération actuelles sur des territoires de plus de 300000 habitants. De plus, les élus de cette nouvelle entité politique ne seront pas élus directement.

Dans ce contexte, il nous paraît bien illusoire de faire abus de "promesses électorales" à nos futurs électeurs sans se moquer d'eux. Nous préférons, dans nos tracts et dans nos réunions électorales, leur expliquer la complexité et l'indétermination de ce contexte ainsi que ses incertitudes pour qu'ils aient la possibilité de décrypter les affirmations péremptoires que certains médias et candidats leur assènent.

Toutefois, pour la période d'un an et demi durant laquelle notre communauté d'agglomération existera encore, elle continuera à agir dans les domaines de sa compétence, comme c'est le cas depuis 2005, notamment : le développement économique, l'emploi, les médiathèques, les salles de spectacle, les piscines, la gestion des déchets, les transports locaux, la politique cyclable, la lutte contre le bruit, l'éclairage public et plus largement tout ce qui figure dans le plan territorial de développement durable qu'elle a élaboré. Nous y porterons nos orientations dans ces domaines pour les mettre en œuvre.

2/ Vidéosurveillance

Tout d'abord, comme nous le disons dans notre programme : "le droit à la sécurité est un des droits humains fondamentaux". Nous refusons cependant clairement de céder à la surenchère sécuritaire et à la démagogie.

Dans notre liste, figurent 5 élu-e-s du mandat précédent. Tous ont voté, en 2013, contre le projet de vidéosurveillance mis en place par le maire actuel, Philippe Kaltenbach. C'est d'ailleurs une des raisons déterminantes de leur rupture avec la liste initiée par le maire actuel et sur laquelle il figure. Nous estimons comme vous que la vidéosurveillance sur la voie publique est une atteinte aux libertés fondamentales. La vidéosurveillance en général ne semble pas, au premier coup d'œil, attenter à la présomption d'innocence. Mais, dès le deuxième coup d'œil, par les nombreux exemples de personnes fichées "juste parce qu'elles passaient par là" à l'heure d'une agression ou d'un vol, on s'aperçoit que la présomption d'innocence est bafouée et que nous sommes, d'avance, "tous coupables". Le système qui est en place actuellement à Clamart consiste en 4 caméras "mobiles" ou plutôt "déplaçables" qui enregistrent ce qui se passe dans leur champ de vision. Elles sont installées sur 4 sites, et 9 autres sites sont envisagés pour y déplacer ces caméras. Ces dernières sont louées. Il n'y a pas de poste de surveillance en direct, c'est à dire que les enregistrements ne sont visibles qu'a posteriori, si un événement est signalé à un moment donné.

Le prix de location de ce matériel est, chaque année, à peu près équivalent au coût (salaire et cotisations) d'un emploi de médiateur ou de garde municipal. Nous proposons donc, au lieu de développer ce système comme le proposent les listes UMP-UDI-MoDem et PS-PCF-MoDem de dénoncer ce contrat de location et "d'améliorer les moyens et la formation des médiateurs et des gardes municipaux non armés afin qu'ils fassent un travail efficace de terrain". Cette présence humaine accrue, et complémentaire des forces de police nationale en quantité suffisante, doit permettre une meilleure prévention et doit améliorer le sentiment de sécurité des habitants.

3/ Inscriptions dans les écoles de tous les enfants

A Clamart, il y a un milieu associatif qui a depuis longtemps été très attentif aux droits des personnes étrangères en situation régulière ou non. Les associations de parents d'élèves ont globalement toujours joué le jeu de la vigilance lorsque des familles semblaient déstabilisées par des problèmes d'ordre légal (autrement dit : "sans papiers"). Les élus ont toujours été interpellés et appelés à aider dans ces situations. Des parrainages ont été organisés. Plusieurs des élus de notre liste ont procédé à ces parrainages. Une permanence de RESF (Réseau Éducation Sans Frontière) se tient régulièrement à Clamart et plusieurs de ceux qui la gèrent sont également sur notre liste. Nous considérons que tous les enfants doivent être scolarisés quel que soit le statut de leurs parents. C'est ce qui a été fait ces dernières années à Clamart et c'est ce que nous nous engageons à continuer de faire.

Par ailleurs, il y a, à quelques centaines de mètres de Clamart, un terrain où habitent de façon précaire une vingtaine de familles principalement d'origine roumaine, ce que la télévision appelle de façon inexacte et méprisante "un camp de roms". La situation géographique de ce terrain est très compliquée à la frontière de quatre communes et de trois départements avec un terrain situé dans les Hauts-de-Seine mais dont le propriétaire est le conseil général de l'Essonne.

Les familles concernées ont des enfants. Soit en tant qu'élus, soit en tant que militants, nous avons toujours agi pour leur scolarisation et, une fois élus, nous continuerons à le faire, sachant qu'une difficulté pour Clamart vient du fait qu'ils habitent sur le territoire de Châtenay-Malabry. Nous travaillons avec des enseignants sur ce sujet. Comme pour les autres cas cités plus haut, les enfants roumains de ce terrain ont droit à toute notre attention.

Les services sociaux du département des Hauts-de-Seine seront également sollicités pour mener à bien un nécessaire accompagnement.

La commune de Clamart a beaucoup agi ces dernières années pour faciliter la scolarisation des enfants en situation de handicap, aussi bien dans les classes ordinaires que dans les classes spécialisées (2 CLIS à Clamart). Les auxiliaires de vie scolaire sont financés par l'Éducation Nationale mais des aides communales existent comme le transport communal de certains enfants scolarisés en CLIS, pour se rendre à l'école ou pour participer à certaines activités sur le temps scolaire. Les centres de loisirs sans hébergement se sont également ouverts à des enfants en situation de handicap. Nous continuerons cette politique comme annoncé dans notre programme: "favoriser l'intégration des enfants en situation de handicap à l'école" et "réhabilitation et accessibilité" de plusieurs écoles dès 2015 (en complément de celles déjà réhabilités ou reconstruites ces dernières années).

Notre programme comporte également d'autres parties qui pourraient se rattacher au champ de compétence de la Ligue des Droits de l'Homme. Ainsi, de façon générale, face à la catastrophe écologique qui se profile, les populations pauvres seront les premières touchées et nous ferons tout pour que leurs droits fondamentaux soient le mieux possible préservés (droit au logement, accès à l'eau, protection contre les discriminations).

Espérant avoir répondu à vos questions de la façon la plus complète et compréhensible possible, nous vous adressons nos salutations républicaines,

Vanessa Jérome, pour la liste Clamart Citoyenne