Clamart Citoyenne - Municipales 2014

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, mars 17 2014

Association ECVF (Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes)

Nous avons reçu ce courrier de l'association ECVF.

Vous trouverez notre réponse ci-dessous. En cherchant dans les programmes de nos concurrents, nous n’avons trouvé qu’un vague « Poursuite des actions contre les violences faites aux femmes » dans la liste PS-PC-MoDem, quand le candidat de l’UMP élude tout simplement le problème…



Chère Madame,

Nous vous remercions de nous avoir sollicités, au nom de l'association ECVF.

Vanessa Jérome, notre tête de liste, connait bien cette association, pour avoir participé à sa création lorsqu'elle était chargée de mission auprès de Francine Bavay au Conseil régional d'Ile-de-France. Vincent Gazeilles, conseiller général, quatrième de notre liste, est également adhérent de votre association.

Élu-e-s dans cette mandature 2008-2014, ils ont déjà œuvré dans le sens de la prise en compte des violences faites aux femmes.
Vincent Gazeilles, en tant que membre du CCAS, a en effet largement participé à la mise en place de mesures qui tendent à leur prévention et leur élimination, en soutenant notamment la multiplication des logements passerelles, et en initiant un programme d'accompagnement des hommes violents.
Quant à Vanessa Jérome, elle a initié, à l'intercommunalité Sud de Seine, une réflexion transversale sur la prise en compte des discriminations et des violences, faites notamment aux femmes, afin d'inscrire cette préoccupation dans l'ensemble des politiques publiques intercommunautaires.
Ils n'ont malheureusement pas réussi à convaincre le maire sortant d'adhérer à votre association (dernière demande faite et refusée en 2010) ni de prendre des mesures structurantes sur cette thématique, ce dernier se  contentant d'accepter de signer la Charte européenne pour l'égalité. Un groupe de travail municipal a bien été mis en place à la suite de cette signature, dans lequel notre groupe d'élu-e-s EELV était représenté par Marie-Catherine Poirier, troisième de notre liste. Il n'a malheureusement à ce jour conduit qu'à trop peu d'actions en la matière.

Dans le cadre de notre programme municipal pour 2014-2020, nous avons, pour notre part, clairement inscrit notre ambition en matière de lutte contre les violences faites aux femmes.
Nous avons ainsi spécifié que nous nous engageons à "Lutter contre les violences faites aux femmes, par la prévention, la sensibilisation de la population et la formation des personnels d’accueil", à "Accompagner les victimes mais aussi les auteurs de violence via un suivi psychologique" et à "Poursuivre l’indispensable mise à disposition de logements temporaires d’urgence protégeant les victimes".
Rassemblant des hommes et des femmes clairement engagé-e-s pour la reconnaissance de l'égalité des droits et le traitement de toutes formes de violences ou de discriminations, notre liste fera tout ce qu'elle pourra, au sein de la future municipalité, pour combattre les violences faite aux femmes. Votre expérience nous sera d’ailleurs, comme toujours, très précieuse.
Dans un contexte marqué par des attaques contre l'égalité hommes-femmes de la part de l'UMP, dont les dirigeants diffusent des mensonges sur les actions sur ce sujet en milieu scolaire, et dont certains encouragent le boycott de l'école, en utilisant les convictions religieuses de diverses populations, nous devrons unir toutes les forces pouvant contrer cette offensive.

Dans l'attente de pouvoir nous ré engager dans cette cause commune, 

Veuillez accepter, au nom de Clamart citoyenne, nos salutations militantes, féministes et solidaires.

Pierre Carrive, deuxième de liste, pour l’équipe Clamart Citoyenne

lundi, mars 10 2014

Journée des droits de la femme

La liste Clamart Citoyenne a organisé ce week-end une animation "porteur de paroles" dans le cadre de la journée des Droits de la Femme.

Rappelons que nous sommes la seule liste dont la première place est occupée par une femme.

Des visites et des discussions enrichissantes avec les passantes et les passants de la rue piétonne.

Ci-dessous, quelques réponses à la question affichée sur de grands panneaux :

"Une femme maire à Clamart, qu'est ce que ça changerait ?"
___________________________________________________________

Ca sera plus juste et bien réfléchi
Khadija

Pour une égalité d'accès aux postes, c'est bien. C'est bien pour les droits des femmes
Marielle

Ça changerait tout ! Approche plus complète, moins sectaire
Brigitte, 65 ans

Je ne fais pas de différence.  Ça dépend du programme !
Christophe, 36 ans

Une femme utilise ses deux hémisphères du cerveau !
Geneviève, 45 ans

Une femme est plus à même de négocier
Geneviève, 45 ans (suite)

Le pouvoir aux femmes -
Manon et Coco

Une femme, c'est plus à l'écoute et elle est plus humaine. C'est même plus compétent, souvent, qu'un homme !
Christine, 59 ans

Une femme proviseure dans mon lycée, ça a tout changé ! C'était plus juste.
André, à la retraite

Ça ne changerait rien, c'est la ligne politique qui compte
Marie, 52 ans

Il y a déjà eu une femme Maire à Clamart
Anonyme

Une femme c'est aussi compétent qu'un homme, et le contact est plus naturel
Jean Claude

Une femme serait plus soucieuse des gens modestes
Christine, 67 ans

dimanche, mars 9 2014

Les femmes en politique : l’éternel combat !

La France est réputée pour être la patrie des droits de l’homme et du citoyen. D’un certain point de vue, c’est un problème. Que dire en effet des droits des femmes et des citoyennes ? Qu’ils sont les fruits de longs combats et de pénibles luttes, qui sont, encore de nos jours, toujours à refaire. Rien de plus précaire en effet que les droits des femmes, dans tous les domaines (droit à disposer librement de leur corps, égalité des statuts d’emplois et des salaires, partage des tâches d’éducation et ménagères...) et en politique, plus qu’ailleurs. 

Bien qu’Olympe de Gouges, auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, guillotinée en 1793 ait depuis bien longtemps déjà déclaré : « La femme a le droit
de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune ! », de nos jours encore, les femmes en politique, cela ne va jamais !

Elles sont toujours trop belles, ou pas assez ; trop ambitieuses, ou pas assez ; trop dépendantes de leur mentor masculin, ou pas assez ; trop fragiles, trop douces, trop participatives... ou pas assez !
Du coup, même avec le vote de la loi n° 2000-493 du 6 juin 2000 tendant à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, elles continuent d’être sous-représentées dans toutes les institutions politiques qui sont de vrais repaires pour « hommes blancs diplômés et hétérosexuels de plus de 50 ans ».

Alors que faire ?

Si Clamart Citoyenne était présidente, nous serions une présidente intègre, compréhensive et déterminée à rendre le monde plus juste et plus solidaire. Nous ne nous laisserions pas impressionner par les lobbies économiques, les agences de notation et les boursicoteurs de tout poil. Nous aurions conscience que les Français-es attendent que nous améliorions réellement et durablement leurs conditions de vie et de travail, et que nous décidions en tenant compte des défis écologiques auxquels l’espèce humaine doit faire face.

Si Clamart Citoyenne était députée ou sénatrice, nous serions attachée à simplifier les lois, à les adapter aux conditions réelles de vie de nos concitoyen-ne-s et surtout, à veiller au respect de leur application. Nous en ferions voter de nouvelles, par des assemblées paritaires de
parlementaires, soucieuses de créer le monde de demain.

Si Clamart Citoyenne était conseillère territoriale, nous serions attachée à lutter pour préserver l’égalité des territoires, à réaliser les
investissements du futurs (transports, lycées,...) et à veiller à ce que chaque Francilien-ne ait un égal accès à des services publics de qualité.

Et si Clamart Citoyenne était maire de Clamart, que croyez-vous que nous ferions ?

Version PDF