Clamart Citoyenne - Municipales 2014

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Démocratie locale

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, mars 14 2014

Collectif droit de vote 2014

Voici notre réponse au courrier reçu (tout en bas de ce billet) par le Collectif droit de vote 2014 :

 

Bonjour,

Nous vous remercions de solliciter les candidats sur ce sujet.

Toutes les organisations présentes dans la liste Clamart Citoyenne luttent depuis fort longtemps pour que les étrangers aient ce droit de vote !
Alors oui, nous y sommes absolument favorables.
Et regrettons amèrement le recul du gouvernement "socialiste" sur ce point.

Bon courage pour ce combat.

Vanessa Jérome, tête de liste de Clamart Citoyenne

 

Mesdames et Messieurs les candidats têtes de listes,

Le collectif droit de vote 2014, a été crée il ya plus d’un an afin de mener une campagne forte pour le droit de vote et éligibilité des étrangers aux élections municipales.
Comme vous le savez certainement cette réforme ne peut voir le jour que par un vote favorable des 3/5 des parlementaires : députés et sénateurs réunis en congres pour une révision constitutionnelle.

Vous êtes candidats tête de liste pour les élections municipales 2014 de votre commune, vous serez amené au cours de votre prochain mandat ainsi que vos colistiers à voter aux élections sénatoriales.
Dans le cadre de la campagne « Droit de vote 2014 », nous souhaiterions connaitre votre position en répondant par  OUI ou par NON  à la question suivante:  

« Aux prochaines élections municipales des étrangers voteront et seront éligibles, il s’agit des étrangers communautaires (de la communauté européenne).
Êtes vous favorables (dans les mêmes conditions que les étrangers communautaires c'est-à-dire, ne peuvent être maire, ne peuvent être grand électeur, et ne peuvent participer à la désignation des grands électeurs) au droit de vote et d’éligibilité des étrangers extracommunautaires aux élections municipales ? »

Vous avez la possibilité d’ajouter 2 ou 3 lignes de commentaire, si vous le souhaitez.

Merci de retourner votre réponse à fede92@ldh-france.org ou contact.92@droitdevote2014.org avant le lundi 17 mars 2014 au soir.

Les réponses seront publiées sur le site  www.droitdevote2014.org à la veille du premier tour et  communiquées aux médias.
L’absence de réponse sera aussi  communiquée.

Nous vous remercions par avance pour la participation à cette consultation qui s’adresse à tous les candidats têtes de liste du département des Hauts de Seine.

Le collectif droit de vote 2014 des Hauts de Seine.

dimanche, février 23 2014

La démocratie au point mort depuis des mois à Clamart

Depuis le dernier Conseil Municipal du 18 décembre 2013, aucun bureau municipal ni aucune réunion de majorité n’ont été convoqués par le maire. Déjà, plus de 5 mois s'étaient écoulés depuis le Conseil Municipal précédent, qui avait eu  lieu, pour mémoire, le 3 juillet 2013 !

Alors que les réunions de travail institutionnelles sont ainsi organisées avec parcimonie, en ce début d'année de nombreux rendez-vous municipaux étaient programmés : des cérémonies de voeux coûteuses avec paillettes et musique assourdissante qui rendent les échanges impossibles. Un écrin démagogique pour le discours du maire, qui explique longuement qu’à cause du règlement en matière électorale, il n’a pas le droit de dire à quel point il a bien fait les choses comme il fallait et que grâce à lui tout seul (aucun élu n’étant remercié pour son travail car le succès ne se partage pas), la vie est formidable à Clamart…

Pourtant il ne manque pas de sujets de débats et les élu-e-s Europe Écologie Les Verts ont demandé à plusieurs reprises une réunion de majorité depuis le mois de juillet dernier.

Au delà des apparences festives la gouvernance reste donc défaillante à Clamart, car le pouvoir est détenu par une poignée d’élu-e-s proche du maire actuel.

Au sein de la liste Clamart Citoyenne, en revanche, il y a des échanges, de la recherche de consensus, du débat et un esprit collectif nous anime. Cette impulsion dynamique est riche, et nous souhaitons vous la proposer pour un projet municipal à l’écoute des Clamartois-es et de tous les futurs élu-e-s.

lundi, décembre 23 2013

Ce que « nous » avons fait… « nous » c’est NOUS !

En politique comme ailleurs, il est fréquent de voir certains se réapproprier le travail des autres.  Ainsi dans un tract d’auto-satisfaction,  l’héritier du maire de Clamart vante des réalisations socialistes en termes de démocratie locale, au point d’écrire :

« Ce que nous avons fait depuis 2001 : la création de 7 conseils de quartiers »

Mais qui est « nous » exactement dans cette affaire ? Eh bien « nous » c’est en fait NOUS !

En 2001 ce sont les élus d’Alternative Clamartienne, présents aujourd’hui sur la liste Clamart Citoyenne, qui  ont initié le processus de démocratie locale, dont le maire n’était nullement demandeur. C’est grâce à notre entêtement :

- que la démocratie locale est devenue une mission d’adjoint
- que les conseils de quartier sont nés en 2001
- qu’une charte des conseils de quartier a été élaborée
- que la possibilité pour les conseils de quartier d’être auditionnés en conseil municipal a été votée

Mais le tract auto-satisfait résume bien sa vision sinistre de la démocratie locale : un chiffrage du nombre de réunions, et des propositions de 3 nouveaux comités (de suivi, de coordination, d’usagers…). Pourtant les Clamartois ont largement dit stop à la réunionite sans lendemain, et à la fausse concertation qui servent davantage la communication de la mairie que la démocratie.
Celle du projet Perthuis vantée dans le tract est une caricature. Elle ne fut lancée que suite à une levée de boucliers des associations après la destruction totale et sans préavis de la parcelle boisée concernée !

Il est surtout temps de repenser le contenu de toutes ces réunions, leurs règles de fonctionnement, leur but. Parmi nos propositions :

- favoriser une meilleure participation des habitants aux conseils de quartiers en annonçant largement les réunions, en diffusant les compte rendus à tous les habitants, en invitant les associations et /ou des experts sur certaines questions, en laissant de la place aux conseils de quartier dans le journal de la ville
- être clairs et transparents sur les objectifs de chaque réunion : simple information sur un projet d’intérêt général ?  Authentique consultation avant un projet impliquant le quartier ?
-permettre aux citoyens d’assister à des débats contradictoires d’experts, d’avoir recours à l’avis de personnes représentatives du reste de la  ville ou d’autres quartiers pour prendre du recul…

Démocratie locale et participation citoyenne au service de l'intérêt général, faites-NOUS confiance, faites confiance à Clamart Citoyenne

Version PDF

lundi, novembre 18 2013

Démocratie Participative : Donner la parole à ceux qui ne l’ont pas !

Au niveau local, la droite ne conçoit la démocratie que sous l’angle d’une délégation de pouvoir à un seul homme, le maire, qui décide de presque tout pendant sa mandature.

A Clamart, les précédentes équipes municipales, à majorité socialiste, ont mis en place, sous l’impulsion de leurs alliés (Alternative Clamartienne et Verts), un embryon de démocratie participative sous la forme de conseils de quartiers. Initialement porteurs d’espoir pour les Clamartois, ils n’ont pas tenu leurs promesses…

Quels objectifs visons-nous en soutenant la démocratie participative à Clamart ?

  • Améliorer la transparence dans les débats par l’accès à l’information pour les habitants : c’est la condition même du débat démocratique.
  • Limiter les effets négatifs induits par  la professionnalisation de l’activité politique (stratégie de gestion de carrière et d’ambitions personnelles).
  • Faciliter la réappropriation de la politique par les citoyens : accroître l’implication, la formation et la participation des citoyens dans le débat public et les décisions qui les concernent. Rendre les citoyens acteurs et pas seulement consommateurs.
  • Mettre en place une forme de contre-pouvoir qui vienne compenser les déséquilibres créés par une législation communale archaïque : concentration des pouvoirs entre les mains du maire, manque de moyens et d’informations pour les structures d’opposition ou de citoyens pouvant exercer un éventuel contrôle…

Quelques-unes des propositions que nous souhaitons mettre en œuvre :

  • Les Conseils de Quartiers : déjà mis en place dans les précédentes mandatures mais qui ont montré leurs limites (manque de représentativité, problématique essentiellement micro-locale, conflit entre intérêt du quartier, ou de certains habitants, et intérêt général au niveau de la commune…). Leur fonctionnement doit être changé.
  • Les Conférences de Consensus : dispositif visant à permettre à un groupe de citoyens représentatif de fournir un avis argumenté sur un sujet précis en s’appuyant sur des experts du domaine concerné. Des conférences de consensus doivent pouvoir être organisées, sur un point particulier, à l’issue d’une consultation citoyenne ou à l’initiative d’un nombre significatif de conseillers municipaux.
  • Un Observatoire de la Démocratie Locale permettant d’évaluer le fonctionnement de la démocratie locale (participative et représentative) et d’en tirer des préconisations en termes d’organisation ou d’actions correctives.
  • Le Conseil Municipal qui doit redevenir un lieu d’information et de débat et non une pas simple chambre d’enregistrement de décisions prises ailleurs, en petit comité.

version pdf