Clamart Citoyenne - Municipales 2014

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Action sociale

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, mars 20 2014

Réponse au courrier de la Fédération Nationale des Associations d’accueil et de Réinsertion Sociale (FNARS)

Mesdames, Monsieur,
J'ai bien reçu votre courrier concernant la domiciliation des personnes précarisées.
Ancienne chargée de mission auprès de Francine Bavay lorsqu'elle était vice-présidente au Conseil régional d'Ile-de-France en charge notamment de l'action sociale et de l'économie sociale et solidaire, puis adjointe au développement économique à Clamart depuis 2008, je suis très préoccupée par la précarisation croissante d'une partie toujours plus importante de la population.
J'ai ainsi tenté, depuis toutes ces années, de porter une attention toute particulière à cette question, et d'agir pour trouver les solutions les plus concrètes.
Convaincue qu'il faut en tout premier lieu tout faire localement pour enrayer les effets dramatiques des politiques nationales d'austérité, j'ai soutenu toutes les initiatives qui me semblaient de nature à sécuriser les emplois ou les recréer.  J'ai ainsi créé, dès 2008, une politique publique inter-communautaire de soutien au développement de l'économie sociale et solidaire et de l'insertion (désormais dotée de 30.000 euros), et convaincu mes collègues élus de mettre en place une politique de clauses d'insertion sociale dans les marchés de travaux passés à Sud de Seine.
Les partenariats avec les entreprises d'insertion et les associations chargées de formation, d'alphabétisation et d'accompagnement social ont également été développés.
Concernant la question du logement, j'ai contribué au projet d'implantation de la résidence Habitat et Humanisme qui a ouvert ses portes dans le centre ville de Clamart et invité les habitant-e-s du quartier centre dont je fais partie à s'impliquer dans ce projet.
Mais tout ceci peut sembler bien insuffisant, et je partage ce constat. 
Le logement est l'un des enjeux les plus forts, notamment en Île-de-France.
Dans ce mandat, à Clamart, il a été l'objet de bien des attentions. L'équipe municipale en construit beaucoup de logements, dans un esprit de mixité sociale et de respect des normes environnementales. Ces critères n'ont pas toujours été respectés, et vous n'êtes pas sans savoir que l'attribution des logements dans notre ville a donné lieu à la mise en examen de notre maire actuel.
Tête de liste de Clamart Citoyenne, mon engagement ne se résume pas seulement à poursuivre les politiques économiques et de construction de logements déjà engagées mais à en vérifier l'utilité et les critères d'attribution pour qu'ils respectent les valeurs de justice sociale et de transparence qui sont les miennes et celles de mes co-lisiters.
Nous avons ainsi précisé dans notre programme, que vous trouverez sur notre site de campagne http://blog.clamart-citoyenne.fr/post/2014/03/02/Demandez-le-Programme, un ensemble de mesures en ce sens, dont :
  • Lutter contre le clientélisme en empêchant qu'un tiers ou une association obtienne des faveurs indues (places en crèche, travail, logement...).
  • Poursuivre la création de structures réservées à l’accueil de jour pour les personnes en danger d’exclusion sociale.
  • Soutenir les projets de rénovation des logements ou copropriétés identifiés comme insalubres en partenariat avec des opérateurs publics œuvrant dans le domaine de l’amélioration de l’habitat.
  • Soutenir les projets innovants de logements privés à moindre coût (habitat coopératif, habitat groupé, etc.)
  • Promouvoir et soutenir les créations d'activités sur des secteurs innovants (éco-activités, ressourcerie-recyclerie…) ou visant un double objectif d’efficacité économique et de justice sociale (subventions, appels à projets ciblés selon les besoins des populations…).
  • Amplifier l’action en faveur de l’économie sociale et solidaire en dédiant 10 % du budget économique au repérage et au soutien de ces activités respectueuses de l’environnement et créatrices de lien social et intergénérationnel.
  • Développer des projets d’économie non monétaire (systèmes d’échanges locaux, troc, zones de gratuité…).
  • Améliorer les parcours de formation et les dispositifs facilitant l'accès et l'adaptation à l'emploi.
Dans l'espoir que nous pourrons continuer, ensemble, à développer toutes les mesures permettant de lutter contre la précarité et les inégalités sociales,

Vanessa JEROME
Tête de liste Clamart Citoyenne
Une liste alternative, écologiste et citoyenne pour changer à gauche à Clamart en 2014.
Tél: 06 12 70 76 64

mercredi, mars 19 2014

Association Valentin Haüy, au service des aveugles et des malvoyants

L'Association Valentin Haüy nous a écrit (courrier).

Nous avons répondu en détail (réponse).

lundi, mars 17 2014

Association ECVF (Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes)

Nous avons reçu ce courrier de l'association ECVF.

Vous trouverez notre réponse ci-dessous. En cherchant dans les programmes de nos concurrents, nous n’avons trouvé qu’un vague « Poursuite des actions contre les violences faites aux femmes » dans la liste PS-PC-MoDem, quand le candidat de l’UMP élude tout simplement le problème…



Chère Madame,

Nous vous remercions de nous avoir sollicités, au nom de l'association ECVF.

Vanessa Jérome, notre tête de liste, connait bien cette association, pour avoir participé à sa création lorsqu'elle était chargée de mission auprès de Francine Bavay au Conseil régional d'Ile-de-France. Vincent Gazeilles, conseiller général, quatrième de notre liste, est également adhérent de votre association.

Élu-e-s dans cette mandature 2008-2014, ils ont déjà œuvré dans le sens de la prise en compte des violences faites aux femmes.
Vincent Gazeilles, en tant que membre du CCAS, a en effet largement participé à la mise en place de mesures qui tendent à leur prévention et leur élimination, en soutenant notamment la multiplication des logements passerelles, et en initiant un programme d'accompagnement des hommes violents.
Quant à Vanessa Jérome, elle a initié, à l'intercommunalité Sud de Seine, une réflexion transversale sur la prise en compte des discriminations et des violences, faites notamment aux femmes, afin d'inscrire cette préoccupation dans l'ensemble des politiques publiques intercommunautaires.
Ils n'ont malheureusement pas réussi à convaincre le maire sortant d'adhérer à votre association (dernière demande faite et refusée en 2010) ni de prendre des mesures structurantes sur cette thématique, ce dernier se  contentant d'accepter de signer la Charte européenne pour l'égalité. Un groupe de travail municipal a bien été mis en place à la suite de cette signature, dans lequel notre groupe d'élu-e-s EELV était représenté par Marie-Catherine Poirier, troisième de notre liste. Il n'a malheureusement à ce jour conduit qu'à trop peu d'actions en la matière.

Dans le cadre de notre programme municipal pour 2014-2020, nous avons, pour notre part, clairement inscrit notre ambition en matière de lutte contre les violences faites aux femmes.
Nous avons ainsi spécifié que nous nous engageons à "Lutter contre les violences faites aux femmes, par la prévention, la sensibilisation de la population et la formation des personnels d’accueil", à "Accompagner les victimes mais aussi les auteurs de violence via un suivi psychologique" et à "Poursuivre l’indispensable mise à disposition de logements temporaires d’urgence protégeant les victimes".
Rassemblant des hommes et des femmes clairement engagé-e-s pour la reconnaissance de l'égalité des droits et le traitement de toutes formes de violences ou de discriminations, notre liste fera tout ce qu'elle pourra, au sein de la future municipalité, pour combattre les violences faite aux femmes. Votre expérience nous sera d’ailleurs, comme toujours, très précieuse.
Dans un contexte marqué par des attaques contre l'égalité hommes-femmes de la part de l'UMP, dont les dirigeants diffusent des mensonges sur les actions sur ce sujet en milieu scolaire, et dont certains encouragent le boycott de l'école, en utilisant les convictions religieuses de diverses populations, nous devrons unir toutes les forces pouvant contrer cette offensive.

Dans l'attente de pouvoir nous ré engager dans cette cause commune, 

Veuillez accepter, au nom de Clamart citoyenne, nos salutations militantes, féministes et solidaires.

Pierre Carrive, deuxième de liste, pour l’équipe Clamart Citoyenne

samedi, février 15 2014

La solidarité, une exigence pour la justice sociale

Les nombreux élus présents au sein de la liste Clamart Citoyenne ont influencé favorablement les politiques municipales au cours des deux dernières mandatures notamment dans le domaine social. Plusieurs dispositifs de solidarité ont vu le jour grâce à leur ténacité. Le slogan proclamant que Clamart est une ville « où il fait bon vivre » oublie qu’avec l’aggravation actuelle de l’austérité les plus démunis d’entre nous sont en grande difficulté, même à Clamart !

Il faut donc cesser de saupoudrer à l’aveugle les moyens (cadeaux d’anniversaire ou de début d’année « du Maire », sorties gratuites pour tous les aînés sans critères de revenus…) en finir avec le clientélisme et organiser la politique locale autour de priorités. Les élus de Clamart Citoyenne feront tout localement pour permettre à chacun de vivre dignement, quels que soient ses revenus et ses origines.

Lutte contre les violences faites aux femmes

En France, tous les trois jours, une femme décède sous les coups de son compagnon. Nous poursuivrons l’indispensable mise à disposition de logements temporaires protégeant les victimes.  Nous développerons le processus préventif que nous avons initié en accompagnant les auteurs de violence via un suivi psychologique, par une large sensibilisation de la population ainsi que par la formation des personnels accueillant du public.

Logements inter-générationnels

La construction de nouveaux logements ne suffit pas à répondre aux besoins. Nous avons lancé un travail partenarial avec l'association ensemble2générations afin de mettre en relation des jeunes étudiants en recherche d'hébergement et des personnes âgées isolées souhaitant une présence au domicile. Nous renforcerons ce processus insuffisamment soutenu.

Lutte contre la précarité et les injustices

Nous avons notamment soutenu les actions de protection des habitants du bidonville situé à proximité du rond point du petit Clamart. Comme la loi l'exige, nous avons aidé à scolariser quelques enfants et avons facilité des cours de français à destination des adultes pour aider à une meilleure intégration sociale.
Avec l'ensemble des partenaires engagés dans le programme d'actions sociales pour le logement, nous poursuivrons et améliorerons les dispositifs d'accueil temporaires de courte et moyenne durée pour les personnes en situation de précarité. Nous mettrons aussi en place, entre autres :
  • Un calcul progressif du quotient familial, plus juste.
  • Un accompagnement des personnes en précarité énergétique.
  • Un audit sur les difficultés d’accès aux soins afin d’adapter l’offre des centres de santé municipaux.

Solidarité internationale, solidarité indispensable

Nous relancerons la coopération internationale dans une logique de développement local, souverain en matière  alimentaire, énergétique et culturelle. Ces actions seront conduites de façon prioritaire en partenariat avec les associations déjà investies dans ce domaine.

Nos objectifs

Ne pas saupoudrer à l’aveugle des moyens limités et rompre avec le clientélisme actuel.
Organiser la politique sociale autour de priorités : partir des besoins réels des habitants, adapter les réponses et évaluer en permanence l’efficacité des actions.

Version PDF