Samedi dernier, les kways rouges et les kways bleus se sont affrontés dans le haut Clamart rapporte le journal Le Parisien (voir ci-dessous).

Alors que la campagne municipale devrait être un moment de débat avec nos concitoyen‑ne‑s, elle suscite chez ces "bandes rivales" des comportements violents qui confortent celles et ceux qui ont une mauvaise image de l'activité politique, et désespèrent celles et ceux qui s'y intéressent encore.

La liste Clamart Citoyenne condamne fermement ces violences.

La police a mieux à faire que de stopper ces échauffourées politiques opposant ceux qui, comble du comble, en appellent à davantage de sécurité en ville !

 

Des invectives, une altercation qui manque tourner à la bagarre générale, des plaintes en cascade : la campagne des municipales a pris ce samedi un tour violent à Clamart (Hauts-de-Seine) avec une rencontre plutôt musclée entre militants UMP et PS dans le quartier Trivaux. Chaque camp était en train de tracter en fin de matinée au pied de la cité 3 F, au carrefour Georges-Pompidou, quand les insultes ont volé entre deux militants, rapidement rejoints par leurs équipes.

C’est là que l’affrontement aurait dégénéré, mais les versions divergent : selon les UMP, un socialiste aurait sorti un couteau. Côté PS, où l’on nie farouchement l’accusation, c’est un militant qui a reçu un coup au visage. La police est intervenue sur place pour ramener le calme. Résultat : pas moins de quatre plaintes ont été déposées au commissariat de Clamart, pour agressions ou dénonciation calomnieuse.

Le Parisien.fr